GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreInnovation in northern exploration: Emerging techniques
AuteurPeter, J M; Harris, J; Wickert, L; White, H P; Maloley, M; McClenaghan, B; Layton-Matthews, D; Thiessen, E; Chapman, J; James, D; Rivard, B; Coulter, D
SourceProspectors and Developers Association of Canada Annual Meeting, abstracts volume; 2011, 2 pages
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20110001
RéunionProspectors and Developers Association of Canada Annual Meeting; Toronto; CA; mars 6-9, 2011
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
Sujetsexploration; méthodes d'exploration; prospection minière; métaux; gisements de métaux de base; métaux de base; fluorescence aux rayons x; analyses de fluorescence; analyses spectrométriques; géologie économique; minéraux métalliques
ProgrammeÉtude des gîtes de sulfures massifs volcaniques, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Résumé(non publié)
Au Canada, la découverte de nouvelles réserves de métaux et le remplacement des réserves existantes n'ont pas maintenu le pas, au cours des dernières décennies, sur la production. Cette situation est due, en partie, au fait que plusieurs des gisements situés à la surface ou à faible profondeur ont déjà été trouvés à l'aide des techniques d'exploration classiques. Compte tenu de cet état de fait, Ressources naturelles Canada, en s'appuyant sur l'Initiative géoscientifique ciblée (IGC) 3 récemment menée à terme, se lance dans l'IGC-4 qui vise à appuyer l'exploration efficace en profondeur de gîtes minéraux enfouis. Dans le cadre de cette nouvelle initiative, de nombreuses technologies sont mises à l'essai en vue d'une application à l'exploration minérale au Canada, en particulier dans le Nord. Celles-ci comprennent des appareils portatifs de spectrométrie de fluorescence X, de diffractométrie de rayons X et de spectrométrie infrarouge de courte longueur d'onde, ainsi que des levés aériens hyperspectraux. Cette présentation discute des applications réelles et possibles à l'exploration minérale en contexte nordique. Tous les exemples présentés ne proviennent pas du Nord, mais les conclusions sont pertinentes à l'exploration dans le Nord.
La spectrométrie de fluorescence X est de plus en plus employée dans des applications géologiques et géochimiques. Les avantages sont nombreux, mentionnons le caractère non destructeur des analyses, la possibilité de réaliser des analyses in situ et ex situ, la détermination quantitative ou semi-quantitative simultanée de plusieurs éléments, la portabilité, les limites de détection excellentes pour plusieurs éléments, la capacité de traitement élevée, le faible coût par analyse et la production quasi instantanée des résultats. La convivialité de l'instrumentation de spectrométrie de fluorescence X a été grandement amélioré par des percées technologiques (tubes de rayons X, détecteurs sensibles, algorithmes de réduction des données) qui ont élargi le spectre des éléments pouvant être analysés, la qualité des données, le taux d'acquisition des données, la commodité et l'expérience utilisateur. Plusieurs études de cas de leurs applications seront présentées, dont la détermination de vecteurs dans les shales noirs pour la recherche de minéralisations de sulfures massifs volcanogènes. La spectrométrie de fluorescence X peut être utilisée pour la discrimination des horizons potentiellement minéralisés et des horizons stériles et pour déterminer la signature des éléments associés aux retombées de panaches hydrothermaux ainsi que les directions relatives pointant vers les anciens évents sur le fond marin.
L'imagerie hyperspectrale est un outil qui est utilisé avec succès en exploration minérale dans les milieux chauds et arides. Toutefois, il y a peu d'études de cas dans le domaine public qui démontrent son efficacité dans les conditions géographiques uniques et le climat froid du Nord canadien, où la météorisation de surface est minimale, le couvert végétal limité et où s'observe un couvert de lichen variable. Pour cette raison, des levés hyperspectraux aériens ont récemment été effectués, grâce à une contribution financière du programme fédéral Investissements stratégiques dans le développement économique du Nord (ISDEN), au-dessus de parties de plusieurs ceintures de roches vertes (Hackett River, Izok Lake, High Lake, Hope Bay) qui renferment des gîtes importants de sulfures massifs volcanogènes et d'or orogéniques au Nunavut. Dans la ceinture de Hope Bay, les résultats préliminaires montrent qu'il existe une forte corrélation entre des minéraux relevés par imagerie hyperspectrale (illites riches en Al et chlorite), des lithologies choisies et de l'altération hydrothermale associée à la minéralisation aurifère. Ces jeux de données seront utilisés dans la recherche additionnelle sur la méthodologie et la mise au point d'algorithmes permettant de maximiser l'efficacité de l'exploration.
Les technologies dont il est question ici démontrent une grande utilité et applicabilité dans l'exploration en terrains nordiques et présentent un faible impact environnemental.
GEOSCAN ID288215