GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreA semi-automated esker detection method (EDM) for improved quantification of glaciated landscapes
TéléchargerTéléchargements
AuteurBroscoe, D; Cummings, D I; Russell, H A J; Sharpe, D R
SourceCommission géologique du Canada, Note technique no. 2, 2011, 21 pages, https://doi.org/10.4095/288146
Année2011
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/288146
Mediaen ligne; numérique
Formatspdf (Adobe Acrobat Reader)
ProvinceOntario; Territoires du Nord-Ouest
SNRC55K; 55N; 75O/05
Lat/Long OENS-94.0000 -92.0000 64.0000 62.0000
Lat/Long OENS-107.5000 -107.5000 63.5000 63.2500
Sujetsdépôts glaciaires; topographie glaciaire; eskers; types de paysage; géologie des dépôts meubles/géomorphologie
Illustrationslocation maps; cross-sections; plots; aerial photographs; histograms
ProgrammeBases de données couvrant les trois territoires (la télécartographie prédictive), GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Diffusé2011 07 14
RésuméCet article présente une méthodologie pour la quantification des eskers à l'aide de Données numériques d'élévation du Canada (DNEC) et de dessins au trait d'eskers tirés d'anciennes publications de la Commission géologique du Canada. À l'aide du logiciel ArcGIS® d'ESRI® et d'un module de détection des eskers (MDE) codé en langage Python, les données DNEC sont lissées en employant des fenêtres de filtrage définies par l'utilisateur. Ceci produit une surface différentielle mettant en évidence les zones de crêtes, qui est utilisée pour tracer des polygones. Les dessins au trait d'eskers servent d'ensemble de données d'apprentissage pour extraire les zones de crêtes dans un espace tampon défini par l'utilisateur. On a comparé les résultats du MDE aux données d'apprentissage employées et à un ensemble de données locales créé manuellement à partir de l'interprétation de photos aériennes. Le taux de succès d'extraction des données varie en fonction des caractéristiques du terrain : entre 65 et 81 % par rapport aux dessins au trait d'eskers, et entre 35 et 72 % par rapport à l'interprétation des photos aériennes, plus limitée en termes d'étendue géographique. Ce taux de succès variable est fonction de la taille des eskers (relief et largeur selon les données DNEC).
GEOSCAN ID288146