GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe Boliden gold-rich volcanogenic massive sulfide deposit, Skellefte district, Sweden: new U-Pb age constraints and implications at deposit and district scale
AuteurMercier-Langevin, P; McNicoll, V; Allen, R L; Blight, J H S; Dubé, B
SourceMineralium Deposita vol. 48, issue 4, 2013 p. 485-504, https://doi.org/10.1007/s00126-012-0438-z
Année2013
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100504
ÉditeurSpringer
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1007/s00126-012-0438-z
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Lat/Long OENS 18.4433 20.6275 65.2753 64.8806
Sujetsgisements minéraux; gîtes minéralogiques; or; minéralisation; gîtes volcanogènes; gîtes sulfureux; sulfures; rapports uranium-plomb; datation au uranium-plomb; datations au uranium-plomb; géologie économique; géochronologie; Précambrien; Protérozoïque
Illustrationslocation maps; photographs; tables; photomicrographs
ProgrammeÉtude des gîtes de sulfures massifs volcaniques, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
ProgrammeÉtude des gîtes d'or, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
Résumé(non publié)
Selon notre interprétation, le gisement de Boliden (8,3 Mt à 15,9 g/t Au) a été formé entre 1 894 et 1 891 Ma, environ, d'après deux nouvelles datations U-Pb issues d'une analyse par dilution isotopique et spectrométrie de masse à thermo-ionisation (ID-TIMS) : on a obtenu ainsi un âge maximal de 1 893,9 + 2,0/-1,9 Ma à partir d'une rhyolite porphyrique à phénocristaux de quartz et de feldspath altérée du groupe volcanique de Skellefte dans le mur du gisement et un âge minimal de 1 890,8 ± 1 Ma obtenu sur un dépôt de coulée en masse felsique dans la partie basale du groupe volcanosédimentaire de Vargfors, qui forme le toit stratigraphique du gisement. Ces âges sont en accord avec une altération et une minéralisation qui se seraient produites sur le plancher océanique, ou à proximité, dans un environnement de sulfures massifs volcanogènes. Ces deux âges et les relations géologiques permettent de conclure ce qui suit : 1) le volcanisme et l'activité hydrothermale dans le groupe de Skellefte ont débuté avant 1,89 Ga, date qui, pensait-on auparavant, correspondait au début du volcanisme dans ce groupe; 2) la succession volcanosédimentaire du groupe de Vargfors pourrait remonter aussi loin qu'à 1 892 Ma dans la partie est du district de Skellefte; et 3) l'existence d'un événement précoce de déformation (synvolcanique) dans le groupe de Skellefte est démontrée par la discordance entre les roches volcaniques supérieures du groupe de Skellefte datant de 1 893,9 + 2,0/-1,9 Ma et les roches volcaniques et sédimentaires du groupe de Vargfors datant de 1 890,8 ± 1 Ma dans le domaine de Boliden. Il est probable qu'il y ait eu des mécanismes de basculement, de soulèvement et d'affaissement différentiels des blocs, contrôlés par les failles synvolcaniques dans un milieu de distension, ce qui expliquerait certaines des caractéristiques hybrides SMV-minéralisations épithermales que l'on constate dans les gisements de SMV du district.
GEOSCAN ID288135