GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreGroundwater recharge assessment in the Chateauguay River Watershed
AuteurCroteau, A; Nastev, M; Lefebvre, R
SourceRevue canadienne des ressources hydriques vol. 35, no. 4, 2010 p. 451-468, https://doi.org/10.4296/cwrj3504451
Année2010
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100372
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4296/cwrj3504451
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceQuébec
SNRC31B/16; 31G/01; 31H/04; 31H/05
Lat/Long OENS-74.5000 -73.5000 45.5000 44.7500
Sujetseau souterraine; ressources en eau souterraine; levés des eaux souterraines; régimes des eaux souterraines; circulation des eaux souterraines; écoulement de la nappe d'eau souterraine; résurgence des eaux souterraines; niveaux des eaux souterraines; aquifères; hydrogéologie
Illustrationslocation maps; tables; plots; graphs
ProgrammeQuantitative risk assessment, Géoscience pour la sécurité publique
RésuméL'objectif de cette étude était d'évaluer la recharge des aquifères sur le territoire du bassin versant de la rivière Châteauguay. On a utilisé le modèle HELP (Hydrologic Evaluation of Landfill Performance) pour évaluer les valeurs journalières de recharge, d'évapotranspiration et de ruissellement. On a divisé la zone d'étude en mailles de 250 × 250 m pour un total de 47 616 éléments. Les données d'entrée incluent les propriétés physiques des sols, l'utilisation du territoire, le couvert végétal et les données climatiques. Le modèle HELP a été calé sur les estimations de débit de base et de ruissellement obtenues à partir de la séparation de cinq hydrogrammes de rivière. Sur une période de 39 ans, le taux de recharge annuel moyen a été évalué à 86 mm, ou 9% des précipitations totales. Dans le bassin versant, les zones ayant des niveaux piézométriques élevés et des conditions d'écoulement de nappe libre ont été identifiées comme étant les principales zones de recharge. Les résultats journaliers indiquent que la recharge se fait principalement au printemps et à l'automne. Durant la période d'observation, les variations annuelles d'évapotranspiration et de ruissellement sont directement corrélées aux précipitations, alors que le réponses annuelles de la recharge demeurent assez constantes. Le modèle HELP a aussi été utilisé pour évaluer des scénarios potentiels de changement climatique à partir des données des années les plus sèches et les plus humides. La recharge annuelle moyenne pour l'année la plus sèche est de 51 mm et pour l'année la plus humide, de 99 mm. Les différences dans la distribution spatiale de la recharge lors des scénarios indiquent que les zones les plus sensibles aux changements climatiques sont les zones de recharge préférentielles.
GEOSCAN ID287435