GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreCatastrophic dispersion of coal fly ash into oceans during the latest Permian extinction
AuteurGrasby, S E; Sanei, H; Beauchamp, B
SourceNature Geoscience vol. 4, 2011 p. 104-107, https://doi.org/10.1038/NGEO1069
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100284
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1038/NGEO1069
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
Sujetsextinctions biotiques; biogéochimie; processus volcanogènes; gaz carbonique; organismes marins; sédiments marins; milieux marins; paléontologie; géologie marine; Paléozoïque; Permien
Illustrationsplots; photomicrographs
ProgrammeBassin sédimentaire Sverdrup, GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Au cours de l'extinction de la fin du Permien, il y a environ 250 millions d'années, plus de 90 % des espèces marines se sont éteintes et les cycles biogéochimiques à l'échelle planétaire ont été bouleversés. La cause de ce dérangement demeure ambiguë, mais un lien entre l'éruption des basaltes de plateau des trapps de Sibérie et l'extinction a été avancé sur la base de la coïncidence approximative de ces deux événements dans le temps. Le volcanisme qui a mené à l'épanchement de basalte de plateau a libéré du CO2. En outre, selon les simulations du modèle, le métamorphisme thermique associé au volcanisme des filons de charbon et des shales riches en matière organique de la Sibérie a mené à la libération de méthane, ce qui aurait modifié le climat et le cycle du carbone à l'échelle planétaire. Ce scénario est appuyé par des indices d'éruptions volcaniques et de libération de gaz dans le bassin de Tunguska de Sibérie, mais des indices directs de la combustion de charbon n'ont pas été identifiés. Dans le présent article, nous présentons des analyses de charbon terrestre dans des sédiments marins qui donnent à penser que des quantités substantielles de produits de carbonisation se sont déposés dans des roches du Permien du Haut-Arctique canadien immédiatement avant l'extinction de masse. En se fondant sur la géochimie et la pétrologie des ces produits de carbonisation, nous proposons que ceux-ci proviennent de la combustion du charbon et des sédiments riches en matière organique de Sibérie, qui aurait été entraînée par la mise en place des basaltes de plateau, et qu'ils ont été dispersé tout autour du globe. Les produits de carbonisation sont très semblables aux cendres volantes générées aujourd'hui par la combustion du charbon et peuvent entraîner des conditions aquatiques toxiques lorsqu'elles sont libérées sous forme de boues. Par conséquent, nous supposons que la dispersion des cendres à l'échelle planétaire a pu créer des conditions toxiques en milieu marin.
GEOSCAN ID287203