GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreA re-evaluation of Beaufort Sea-Mackenzie Delta basin gas hydrate resource potential: petroleum system approaches to non-conventional gas resource appraisal and geologically-sourced methane flux
AuteurOsadetz, K G; Chen, Z
SourceBulletin of Canadian Petroleum Geology vol. 58, 1, 2010 p. 56-71, https://doi.org/10.2113/gscpgbull.58.1.56
Année2010
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100276
ÉditeurGeoScienceWorld
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.2113/gscpgbull.58.1.56
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerritoires du Nord-Ouest; Région extracotière du nord
SNRC107C
Lat/Long OENS-136.0000 -132.0000 70.0000 69.0000
Sujetsgaz d'hydrocarbure; hydrocarbures; capacité de production d'hydrocarbures; hydrate; méthane; historique d'exploration; ressources pétrolières; ressources; estimation des ressources; combustibles fossiles
Illustrationslocation maps; tables; graphs; plots
Diffusé2010 07 14
RésuméD'importants volumes de gaz naturel sont piégés dans les hydrates de gaz (HG) de l'Arctique. De nouvelles cartes sur les gradients géothermiques et du pergélisol du bassin de la mer de Beaufort et du delta du Mackenzie (BMB) incitent à réviser la zone de stabilité des hydrates de gaz (ZSHG) et à y réévaluer les ressources en HG au moyen de deux modèles indépendants utilisant un système axé sur les ressources en pétrole. Fondé sur l'analyse quantitative de la présence d'HG et des caractéristiques de la roche-réservoir, le premier modèle est à la fois déterministe et spatial. De plus, pour guider l'interpolation de la présence d'HG entre les puits, on a utilisé un paramètre de densité spatiale d'éléments structuraux bien corrélés à la présence d'HG en tant que valeur de substitution pour déterminer la migration de pétrole dans la zone de stabilité des HG. Le second modèle pour les ressources en HG est probabiliste. Tout comme le modèle déterministe, ce modèle permet de caractériser les ressources régionales en tant que fonction des paramètres de la roche-réservoir, lesquels représentent des valeurs de substitution potentielles pour définir les exigences en matière d'approvisionnement technologique et économique. Les ressources potentielles totales cartographiées au moyen du modèle déterministe totalisent 8,82 × 1012 m3 de gaz brut naturel initial en place (GEP). Les variations géographiques des ressources illustrées sur les cartes d'HG montrent qu'elles excèdent les caractéristiques spécifiques ainsi qu'en témoigne la saturation en HG (Shg) qui est une valeur de substitution potentielle pour l'énergie contenue dans la roche-réservoir. Si la Shg moyenne est soit >30 % ou >50 %, alors les volumes de ressources en HG inférées représentent 6,40 × 1012 m3 et 4,59 × 1012m3 de GEP, respectivement. L'évaluation probabiliste pour les HG prévoit des ressources totalisant 10,23 × 1012 m3 de GEP. De manière similaire, si la Shg moyenne est soit >30 % ou >50 %, alors les volumes de ressources en HG inférées respectifs, selon le modèle probabiliste, seraient de 6,93 × 1012 m3 et 4,20 × 1012 m3 de GEP, respectivement, ce qui se révèle comparable aux estimations cartographiées au moyen du modèle déterministe. Le méthane piégé dans les HG restreint les taux de flux de méthane de source géologique régionaux de longue durée. Les flux de méthane régionaux de longue durée piégés dans les HG du BMB sont certainement <4.20 mg/m2/d et probablement pas >0.12 mg/m2/d, tandis qu'un suintement de gaz naturel thermogénique actif unique produit un débit d'environ 3,9 × 103mg/m2/d. Bien que des études additionnelles soient nécessaires avant que l'on puisse estimer le relâchement de méthane de source géologique du BMB dans l'atmosphère, il est clair :
1) qu'une quantité beaucoup plus considérable de méthane thermogénique migre dans la ZSHG ou plus haut qu'il n'en existe de piégé dans les ressources conventionnelles;
2) que le flux de gaz naturel atmosphérique actuel de Point Seeps excède considérablement le flux régional de longue durée piégé dans la ZSHG; et
3) que la ZSHG est un piège imparfait.
GEOSCAN ID287170