GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreBasaltic to andesitic volcaniclastic rocks in the Blake River Group, Abitibi Greenstone Belt: 2. Origin, geochemistry, and geochronology
AuteurRoss, P S; McNicoll, V; Goutier, J; Mercier-Langevin, P; Dubé, B
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 48, no. 4, 2011 p. 757-777, https://doi.org/10.1139/e10-102
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100252
ÉditeurNRC Research Press
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e10-102
Mediapapier; en ligne; numérique
Référence reliéeCette publication est reliée à Ross, P S; Goutier, J; Mercier-Langevin, P; Dubé, B; (2011). Basaltic to andesitic volcaniclastic rocks in the Blake River Group, Abitibi Greenstone Belt: 1. Mode of emplacement in three areas, Canadian Journal of Earth Sciences vol. 48 no. 4
Formatspdf; html
ProvinceQuébec
SNRC32D/01; 32D/02; 32D/03; 32D/05; 32D/06; 32D/07; 32D/09; 32D/10; 32D/11
Lat/Long OENS-79.5000 -78.3333 48.5667 48.1333
Sujetsroches volcaniques; basaltes; andésites; datations au uranium-plomb; mise en place; volcanoclastique; analyses géochimiques; Groupe de Blake River ; Ceinture d'Abitibi Greenstone ; géochronologie; géochimie; pétrologie ignée et métamorphique; Précambrien; Protérozoïque
ProgrammeAbitibi IGC-3, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-3), 2005-2010
ProgrammeÉtude des gîtes d'or, Initiative géoscientifique ciblée (IGC-4)
ProgrammeInitiative géoscientifique ciblée (IGC-3), 2005-2010
RésuméDans le Groupe archéen de Blake River, il a été proposé que des unités volcanoclastiques mafiques à intermédiaires aient été formées durant l'effondrement d'une caldeira sous-marine géante, mais cette proposition est controversée. Le présent article décrit et interprète ces roches, résume leurs caractéristiques physiques, leurs origines inférées, les relations d'âges et les signatures géochimiques. Au sud de Rouyn-Noranda, le membre de Stadacona, d'étendu importante, comprend plusieurs centaines de mètres de roches volcanoclastiques litées qui sont interprétées comme ayant été déposées à partir de courants de densité aqueux alimentés directement par des éruptions explosives. Les magmas impliqués dans ces éruptions étaient des basaltes d'affinité tholéiitique à transitionnelle contentant des phénocristaux de plagioclase. Dans la partie nord du Groupe de Blake River, le tuf de D'Alembert, également très étendu, partage de nombreuses caractéristiques avec le membre de Stadacona et son origine serait similaire. Toutefois, le tuf de D'Alembert est approximativement six millions d'années plus jeune que le membre Stadacona. Il est surtout composé d'andésites et d'andésites basaltiques transitionnelles à calco-alcalines avec des profils d'éléments traces très distincts. Les roches volcanoclastiques d'autres secteurs, tels que le comté de Tannahill en Ontario et le secteur de Monsabrais au Québec, sont interprétées comme représentant surtout des hyaloclastites in situ à remobilisées, sans éruption explosive impliquée dans leur genèse. Nos observations et interprétations ne sont pas compatibles avec un modèle selon lequel les unités volcanoclastiques aient été mises en place durant un événement catastrophique en relation avec l'effondrement d'une caldeira géante. Les roches fragmentaires ont plutôt été produites par divers mécanismes à plusieurs époques distinctes durant l'évolution du Groupe de Blake River.
GEOSCAN ID287084