GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitrePreliminary lithostratigraphy and biostratigraphy of Cretaceous-Paleogene strata, Bylot Island, Nunavut
AuteurHaggart, J W; Burden, E T; Sweet, A R; Williams, G L; Benham, P H; Sparkes, K E; Waterfield, J J; Wiseman, T R
SourceNova Scotia 2010, Joint meeting of AASP-The Palynological Society (43rd Annual Meeting), the Canadian Association of Palynologists, and the Geological Association of Canada Paleontology AASP-The Palynological Society (43rd Annual Meeting), Geological Association of Canada Paleontology Division (20th Canadian Paleontology Conference) and Canadian Association of Palynologists, Program and Abstracts; 2010 p. 35-36
LiensOnline - En ligne
Année2010
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100251
RéunionAASP-The Palynological Society (43rd Annual Meeting), the Canadian Association of Palynologists, and the Geological Association of Canada Paleontology AASP-The Palynological Society (43rd Annual Meeting), the Canadian Association of Palynologists, and the Geological Association of Canada Paleontology Division (20th Canadian Paleontology Conference) joint meeting; Dartmouth, NS; CA; Septembre 29-Octobre 2, 2010
Documentpublication en série
Lang.anglais
Mediapapier; en ligne; numérique
ProvinceNunavut
Sujetsbiostratigraphie; lithostratigraphie; Paléogène; roches sédimentaires; grès; schistes; fossiles; distribution de fossiles; assemblages fossiles; paléontologie; Mésozoïque; Crétacé
ProgrammeBaffin Bay Sedimentary Basins - Canadian Arctic Petroleum Systems East (CAPSE), GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
Résumé(non publié)
Des strates détritiques du Crétacé-Tertiaire affleurent dans le sud-ouest et le nord de l'île Bylot (Nunavut) et des unités équivalentes sont présentes en milieu extracôtier dans les régions du détroit de Lancaster et de la baie de Baffin. Les successions stratigraphiques dans les deux secteurs de l'île Bylot sont, dans un premier temps, semblables, mais divergent dans leurs parties plus récentes. Les strates les plus anciennes dans les deux secteurs comprennent du grès, localement du grès conglomératique, du shale et du charbon et témoignent d'un dépôt dans des milieux marins peu profonds et non marins. À ces strates à granodécroissance ascendante succède, probablement en conformité, une succession de shale marin de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur. Les strates plus récentes renferment environ 500 m de grès déposé dans des milieux marins s'étendant des eaux peu profondes jusqu'aux cônes sous-marins; la présence locale de conglomérat à blocs dans cette unité est le reflet d'un dépôt dans des secteurs proximaux du bassin, probablement tout à côté de failles de socle (réactivées ?) sous-jacentes. Dans le sud-ouest de l'île Bylot, ces strates clastiques à grain grossier s'affinent vers le haut et montrent un passage, possiblement en conformité (?), à des shales noirs d'origine non marine et d'étendue restreinte. Par ailleurs, la succession de roches clastiques grossières dans le nord de l'île Bylot est surmontée par des shales déposés dans des milieux margino-marins jusqu'à des milieux d'eau profonde, auxquels succède une succession conglomératique non marine (?) témoignant du remplissage du bassin.
En se fondant sur l'analyse palynologique des coupes de Two Snout Creek et de South Coast, on a provisoirement identifié six assemblages de pollens et de spores, la plupart en coexistence avec des kystes de dinoflagellés (dinokystes), dans les strates du Crétacé-Tertiaire de l'île Bylot. Les plus anciens assemblages sont caractérisés par les pollens communs Gleichiidites et Scadiophytes et un pollen tricolpate rare, mais il n'existe aucun dinokyste. Selon notre interprétation, cet assemblage s'échelonnerait en âge de l'Albien moyen jusqu'au Turonien possiblement et témoignerait d'un milieu non marin. Dans les trois assemblages suivants du Crétacé tardif, les dinokystes sont prédominants et les spores et pollens épars. Les taxons abondants dans l'assemblage 2 sont Heterosphaeridium difficile et Chatangiella : leur âge est provisoirement rapporté au Coniacien. Il n'y a pas d'angiosperme caractéristique sur le plan de l'âge. Un assemblage du Santonien renferme en forte abondance le dinokyste Heterosphaeridium heteracanthum et des pollens triporates, Les angiospermes plus évolués sont rares et un Aquillapollenites est signalé. L'âge du début du Maastrichtien tardif attribué à l'assemblage le plus récent est fondé sur la présence de Porosipollis porosus et du sporadique Wodehouseia spinata. À l'intérieur de cet assemblage, le dinokyste Cerodinium diebelii est commun et abondant. Un assemblage remontant possiblement à la fin du Paléocène précoce ou au tout début du Paléocène tardif est caractérisé par une abondance de Alnipollenites et de pollens bétuloïdes, mais peu d'autres taxons d'angiospermes. Bien que non conclusives, les données floristiques donnent à penser qu'il existe dans la succession de l'île Bylot une discordance au niveau du Campanien précoce au Maastrichtien précoce; si c'est le cas, cette discordance pourrait être rattachée à la divergence entre les successions stratigraphiques du nord et du sud-ouest de l'île Bylot.
Des restes de macrofaunes d'invertébrés sont communs dans l'île Bylot, mais ceux que l'on trouve localement sont constitués en prédominance de bivalves d'ostréiides, de gastéropodes aporrhaides et de coraux; jusqu'à présent, aucune ammonite n'a été relevée. Les strates du Crétacé terminal au Paléocène de l'île Bylot renferment des fossiles de mollusques et d'échinodermes que l'on peut comparer directement à ceux d'assemblages observés dans le bassin de Nuussuaq, dans l'ouest du Groenland.
GEOSCAN ID287083