GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitrePaleoeskimo demography and Holocene sea-level history, Gulf of Boothia, Arctic Canada
AuteurDyke, A S; Savelle, J M; Johnson, D S
SourceArctic vol. 64, no. 2, 2011 p. 151-168, https://doi.org/10.14430/arctic4096
Année2011
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100137
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.14430/arctic4096
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC47F/03; 47F/04; 57A/01; 57A/02; 57A/07
Lat/Long OENS -95.0000 -86.0000 72.7500 69.0000
Sujetschangements du niveau de la mer; variations du niveau de la mer; faunes; Holocène; paléoenvironnement; niveaux paléomers; divers; Cénozoïque
Illustrationslocation maps; graphs; tables; histograms; plots
ProgrammeÉtudes paléo-environnementales sur les changements climatiques, Géosciences de changements climatiques
LiensOnline - En ligne
RésuméDes levés réalisés dans six régions situées le long du golfe de Boothia ont permis de recueillir de vastes collections d'échantillons au carbone 14 provenant de plages surélevées. Les résultats découlant de ces levés produisent six nouvelles résonances relatives du niveau de la mer de même que des renseignements sur le parcours des baleines de l'Holocène. Par ailleurs, dans le cas des plages inférieures, nous avons répertorié 482 caractéristiques d'habitations paléoesquimaudes s'étendant sur environ 3 500 ans (de 4200 à 800 14C années BP). Les densités spatiales des sites ne constituent environ que la moitié des densités qui nous avons repérées dans des régions adjacentes, mais les autres attributs sont remarquablement semblables. En ce qui a trait à l'élévation des caractéristiques, corroborée par la datation par le carbone 14, l'occupation paléoesquimaude semble avoir traversé une série de cycles d'expansion et de ralentissement, le premier de ces cycles étant le plus éminent. Après le premier peuplement vers 4200 BP, les populations se sont élevées entre 3900 et 3600 BP pour atteindre leur summum de tous les temps, ce qui a été suivi par un déclin dramatique. Les reprises de population après le déclin initial étaient minces, voire peut-être temporaires. Une dernière augmentation entre 1900 (1500) et 800 14C années BP a été suivie de la disparition des Paléoesquimaux. À ce jour, aucune preuve évidente ne nous laisse comprendre les déclins de population. Le changement climatique et la surexploitation des ressources sont des causes toutes aussi plausibles les unes que les autres. La distribution statistique relativement à la taille des habitations et au nombre d'habitations par site s'apparente de près à celle des régions adjacentes, ce qui laisse entrevoir une dynamique sociale semblable. Plus précisément, des familles nucléaires dispersées ou de petites familles étendues caractérisaient les modèles de peuplement des Paléoesquimaux pendant la plus grande partie de l'année, bien que les rassemblements annuels regroupaient une centaine de personnes ou plus. Le seul changement architectural important coïncide avec l'arrivée du peuple du Dorset tardif ayant mis en valeur des couloirs triangulaires distinctifs et des supports à lampes en saponite.
GEOSCAN ID286122