GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreRegional sustainability of the Chateauguay River Aquifers
AuteurLavigne, M -A; Nastev, M; Lefebvre, R; Croteau, A
SourceRevue canadienne des ressources hydriques vol. 35, no. 4, 2010 p. 487-502, https://doi.org/10.4296/cwrj3504487
Année2010
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20100006
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4296/cwrj3504487
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceQuébec
SNRC31B/16; 31G/01; 31H/04; 31H/05
Lat/Long OENS -74.5000 -73.5000 45.5000 44.7500
Sujetseau souterraine; ressources en eau souterraine; levés des eaux souterraines; régimes des eaux souterraines; aquifères; hydrogéologie
Illustrationspie charts; cross-sections; plots
ProgrammeQuantitative risk assessment, Géoscience pour la sécurité publique
RésuméL'accroissement soutenu de l'utilisation de l'eau souterraine dans le bassin versant de la rivière Chateauguay pourrait conduire à des conflits d'usages potentiels entre les différents types d'utilisateurs. La présente étude résume les évaluations de la quantité et de la pérennité des ressources en eau souterraine. Le niveau régional d'exploitation durable est défini à partir des rabattements simulés pour des scénarios de prélèvement uniforme sur toute la région, par rapport aux niveaux d'eau simulés sans exploitation. Le présent niveau d'exploitation totale estimé à 34 Mm3/a entraîne des rabattements moyens de 1,5 m, comparé aux conditions sans exploitation. Ce rabattement se situe bien en deçà du niveau jugé durable, ce qui indique que les aquifères régionaux ne sont pas surexploités présentement. Un niveau d'exploitation théorique de 48 Mm3/a, qui entraîne des rabattements moyens de 2,2 m, est considéré être la limite du niveau d'exploitation durable. Une augmentation du niveau d'exploitation de 48 à 122 Mm3/a exigerait une planification et des contrôles serrés. Le pompage à plus de 122 Mm3/a n'est pas considéré durable, puisque le rabattement moyen régional excède alors 8 m. Les niveaux d'eau dans les zones de recharge sont plus sensibles aux conditions de pompage. En intégrant la sensibilité de l'aquifère aux changements de recharge, aux cartes de rabattements simulés, ainsi qu'à la vulnérabilité de l'aquifère à la contamination en surface, les secteurs des aquifères régionaux les plus sensibles ont été identifiés. Ces secteurs exigent une attention particulière et une protection accrue de la part des gestionnaires de la ressource.
GEOSCAN ID262749