GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreRemote predictive mapping of the Boothia mainland area, Nunavut, Canada: an iterative approach using Landsat ETM, aeromagnetic, and geological field data
AuteurSchetselaar, E M; Ryan, J J
SourceCanadian Journal of Remote Sensing vol. 35, suppl. S1, 2009 p. S72-S94, https://doi.org/10.5589/m09-032
Année2009
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20090444
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.5589/m09-032
Mediapapier; numérique; en ligne
Formatspdf
ProvinceNunavut
SNRC57A; 57B; 57C; 57D
Lat/Long OENS-96.0000 -88.0000 70.0000 68.0000
Sujetsinterprétations géophysiques; levés magnétiques; levés aéromagnétiques; satellite LANDSAT; topographie; télédétection; techniques de cartographie; cartographie par ordinateur; imagerie radar; lithologie; géodésie; géodésie par satellite; migmatites; filons de diabase; caractéristiques structurales; Ceinture de Barclay ; Groupe de Chantrey ; géophysique; géologie structurale
Illustrationsimages
ProgrammeBases de données couvrant les trois territoires (la télécartographie prédictive), GEM : La géocartographie de l'énergie et des minéraux
RésuméUne approche itérative de télécartographie prédictive (TCP) a été appliquée à la cartographie à l'échelle régionale du substratum rocheux dans la partie continentale de la presqu'île de Boothia, au Nunavut, au Canada. L'interprétation géologique des données magnétiques aéroportées à haute résolution, des images ETM (« Enhanced Thematic Mapper ») de Landsat et des données historiques de terrain a permis de mettre au point une carte prédictive provisoire qui a été utilisée par la suite pour guider la cartographie régionale du substratum au cours de l'été 2005. Après que les données de terrain nouvellement acquises furent incorporées dans la base géoscientifique, la carte TCP provisoire a été rehaussée à l'échelle des cartes géologiques au 1 : 250 000 dans une seconde itération de l'interprétation géologique. En général, la carte TCP était nettement meilleure pour prédire là où les changements majeurs dans la lithologie se sont produits qu'à prédire les types de roches spécifiques. Une évaluation comparative des grandes unités des cartes TCP et des cartes géologiques pour les différentes stations sur le terrain montre tout de même un accord global de 82,3 %. Le nombre et les dimensions des ceintures supracrustales sur la carte TCP étaient toutefois exagérés et affichaient un accord relativement faible de 31 % avec les unités de la carte géologique pour les différentes stations sur le terrain. Ceci s'explique par la confusion qui existe entre les ceintures supracrustales et les unités métaplutoniques, ces deux éléments étant associés à des patrons d'anomalies magnétiques linéaires à haute fréquence spatiale de même qu'à des anomalies liées à un faible relief. Les observations sur le terrain confirment que les patrons d'anomalies magnétiques linéaires à haute fréquence spatiale dans les unités métaplutoniques sont induits par une nouvelle croissance de magnétite d'origine métamorphique. Ces patrons d'anomalies magnétiques sont parallèles aux caractéristiques curvilinéaires extraites des images de Landsat et aux mesures de direction de foliation de telle sorte que les structures régionales de plissement peuvent être tracées de façon fiable sur l'ensemble de la région d'étude. Les caractéristiques d'absorption spectrale des carbonates dans la bande 7 de ETM de Landsat et l'albédo généralement élevé de la quartzite et du marbre permettent de différencier les unités supracrustales du Paléoprotérozoïque de leurs contreparties sans carbonate et sans quartzite de l'Archéen.
GEOSCAN ID261785