GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreDolomitization of the Lower Ordovician Aguathuna Formation carbonates, Port au Port Peninsula, western Newfoundland, Canada: implications for a hydrocarbon reservoir
AuteurAzmy, K; Lavoie, D; Knight, I; Chi, G
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 45, issue 7, 2008 p. 795-813, https://doi.org/10.1139/E08-020 (Accès ouvert)
Année2008
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20080356
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/E08-020
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceTerre-Neuve-et-Labrador
SNRC12B/10; 12B/11; 12B/15
Lat/Long OENS-59.5000 -58.7500 48.8333 48.5000
SujetsOrdovicien inférieur; roches sédimentaires; carbonates; roches carbonatées; dolomitisation; sédiments marins; sédiments marins; porosité; diagenèse; lithostratigraphie; pétrographie; paragenèse; inclusions fluides; isotopes; etudes isotopiques; isotopes de carbone; isotopes d'oxygène; rapports strontium-strontium; Formation d'Aguathuna ; Groupe de St. George ; sédimentologie; géologie marine; Ordovicien; Paléozoïque
Illustrationslocation maps; plots; tables; histograms; photomicrographs; stratigraphic sections; stratigraphic columns
RésuméLa Formation d'Aguathuna (Ordovicien inférieur), d'une épaisseur ~100 m, est composée de carbonates marins d'eau peu profonde; ces carbonates constituent la partie supérieure du Groupe de St. George de l'Ouest de Terre-Neuve. La sédimentation a été arrêtée par une exposition subaérienne majeure (discordance de St. George), ce qui a vraisemblablement conduit au développement d'un important système de pores dans les carbonates sous-jacents par dissolution météorique. La séquence a été affectée par plusieurs phases de dolomitisation qui ont causé des changements complexes à la porosité de la roche. Les dolomites d'Aguathuna sont classifiées selon trois générations principales dont la dimension des cristaux varie de ~4 µm à 2 mm. La présence de dolomicrites qui retiennent la texture implique que la dolomitisation a probablement débuté durant les premières phases de la diagenèse. Bien que la dolomitisation soit pénétrante dans la partie supérieure de la formation et ait bouché les pores de manière significative, quelques intervalles dans la partie inférieure ont une porosité plus élevée. Le développement de couches inférieures perméables sur lequel repose une couche imperméable (un scellement) suggère un potentiel piège diagénétique. Contrairement aux gisements de sebkha, les carbonates d'Aguathuna ne possèdent pas de couches interstratifiées d'évaporites. De plus, la faible teneur en Sr (~96 ppm) et les valeurs delta18O des dolomites antérieures (-3.3 à -6.9 pour mille VPDB (« Vienna Pee Dee Belemnite »)) sont difficiles à concilier avec une origine saumâtre. Les rapports molaires Sr/Ca (0,0067 - 0,0009), calculés pour le fluide dolomitisant, suggèrent une origine d'eau de mer modifiée, probablement un mélange d'eau de mer et d'eau météorique. Les valeurs radiogéniques 87Sr/86Sr moindres de la dolomite la plus ancienne concordent avec celles de l'eau de mer à l'Ordovicien précoce, ce qui supporte une diagenèse de stage précoce. La pétrographie, la géochimie et les inclusions de fluides des dolomites tardives suggèrent une précipitation à partir de solutions hydrothermales à des températures plus élevées (~73 - 95 °C) et dans des environnements d'enfouissement plus profonds.
GEOSCAN ID225741