GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreEvidence of extreme lake level lowstand in the Georgian Bay Lake Basin
AuteurBlasco, S M; Lewis, C F M; Harmes, R A; McCarthy, F M G
SourcePast, present, and future, 50th Conference on Great Lakes research, Book of abstracts; 2007 p. 12-13
Année2007
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20070271
ÉditeurInternational Association for Great Lakes Research
Réunion50th Great Lakes conference; University Park, PA; US; mai 28 - juin 1, 2007
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
ProvinceOntario
SNRC41A; 41H
Lat/Long OENS-82.0000 -80.0000 46.0000 44.0000
Sujetshydrographes; budget hydrologique; hydrographie; configurations hydrographiques; réseaux hydrographiques; regimes d'écoulement; biostratigraphie; bassins; analyse du bassin; dépôts glaciaires; niveaux d'eau; levés géophysiques; bathymétrie; Holocène; sedimentation; paléoenvironnement; limnologie; Bassin de Great Lakes ; hydrogéologie; géophysique; Cénozoïque; Quaternaire
ProgrammeRenforcer la résilience face aux changements climatiques
Résumé(non publié)
L'interprétation des données géophysiques, géologiques et biostratigraphiques intégrées du bassin de la baie Georgienne indique que les niveaux du lac étaient au moins 50 m plus bas il y a 7 500 ans qu'ils ne le sont aujourd'hui. L'évidence d'un niveau de l'eau extrêmement bas inclut la crête de la plage à -53 m en plus de l'érosion significative du lit du lac produisant des sédiments proglaciaires et postglaciaires avec canalisation de la surface sédimentaire à 80 m de profondeur. La surface de flottaison du bassin qui existait durant l'extrême bas niveau de l'eau est reconstruite en ajustant le relèvement isostasique différentiel. La distribution des canaux encaissés indique que le débit de bas niveau de l'eau se faisait vers le nord-est, au-dessus du seuil de Dallas et à l'extérieur de l'éxutoire de North Bay. Le dépôt sédimentaire subséquent à l'Holocène n'est pas contrôlé par la bathymétrie du bassin. Les canaux érodés sont principalement remplis de sédiments holocènes tandis que les eaux plus profondes de la baie Georgienne ne contiennent pas d'accumulation sédimentaire holocène. Le modèle de distribution des sédiments holocènes du bassin suggère que le bas niveau était associé à des conditions d'eaux peu profondes qui ont contrôlé le dépôt. Depuis 7500 ans et depuis l'élévation du niveau du lac par rapport à la période extrême de bas niveau de l'eau, le lit du lac a été stable et connaît une petite accumulation sédimentaire récente.
GEOSCAN ID224291