GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreSensitivity of the Laurentian Great Lakes to climate change, progress using an early Holocene example
AuteurLewis, C F M; Croley, T E, II; King, J W; Blasco, S M; McAndrews, J H; McCarthy, F M G
SourceInternational Association for Great Lakes Research - book of abstracts; 2007 p. 111
Année2007
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20070116
Réunion50th Great Lakes Conference, International Association for Great Lakes Research; University Park, PA; US; mai 28 - juin 1, 2007
Documentlivre
Lang.anglais
Mediapapier
ProvinceOntario
Sujetseffets climatiques; fluctuations climatiques; climat; budget hydrologique; milieu hydrologique; propriétés hydrologiques; niveaux d'eau; limnologie; changement climatique; géologie de l'environnement; hydrogéologie; Nature et environnement
ProgrammeRenforcer la résilience face aux changements climatiques
Résumé(non publié)
Des preuves géologiques ont récemment démontré que les niveaux d'eau dans les lacs Huron-Michigan se sont abaissés sous le niveau de leurs effluents il y a environ 7900 ans 14C. Cet épisode de bas niveau a probablement été causé par une évaporation excédentaire dans un climat sec au moment où l'écoulement des sources glaciaires en amont a été détourné des bassins des Grands lacs. Puisque certaines projections des climats futurs laissent croire que les niveaux des lacs pourraient changer au-delà des intervalles de variation observables par des instruments, la sensibilité climatique-hydrologique dans les modèles des scénarios du futur ne peut être extrapolée qu¿à partir de l'hydrologie actuelle et des changements climatiques-hydrologiques de grande amplitude du passé. Les progrès actuels dans l'évaluation de l'épisode de bas niveau mentionné plus haut reposent sur 1) la modélisation afin d'évaluer les écarts de température et de précipitation qui mèneraient à la fermeture hydrologique des lacs actuels, 2) l'application de l'analyse de fonction de transfert climatique pour dériver l'information indirecte sur les températures et les précipitations à partir des archives de pollens de la végétation, 3) le prélèvement des sédiments de petits lacs de tête pour obtenir de nouveaux relevés climatiques indirects dans les bassins versants en périphérie des Grands lacs et 4) la validation de l'hypothèse de bas niveau des Grands lacs. Les prochaines études et modélisations vont tenir compte des effets climatiques-hydrologiques additionnels de l'insolation, des champs de vents et de la paléogéographie de l'Holocène.
GEOSCAN ID223967