GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe extent of ice on the continental shelf off Hudson Strait during Heinrich events 1-3
AuteurRashid, H; Piper, D J W
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 44, no. 11, 2007 p. 1537-1549, https://doi.org/10.1139/e07-051 (Accès ouvert)
Année2007
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20060145
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e07-051
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière du nord
Lat/Long OENS -65.0000 -58.0000 62.5000 60.0000
Sujetsplate-forme continentale; talus continental; caractéristiques sous-marines; transport sous-marin; levés géophysiques; levés sismiques; levés sismiques marins; profils sismiques; profils sismiques marins; interpretations sismiques; faciès sédimentaires; milieu sédimentaire; bathymétrie; lithofaciès; coulées de débris; dépôts glaciaires; antecedents glaciaires; Calotte glaciaire Laurentide; géologie marine; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géophysique; stratigraphie; Cénozoïque; Quaternaire
Illustrationslocation maps; seismic profiles; tables; plots
ProgrammeLes géosciences à l'appui de la gestion des océans
RésuméDans l'Atlantique Nord, les événements Heinrich, qui ont dispersé de vastes panaches de sédiments et des icebergs, ont surtout débuté à partir de langues glaciaires dans le détroit d'Hudson, lesquelles faisaient partie de l'inlandsis laurentidien. La dynamique et l'étendue de ces langues glaciaires à travers la large plate-forme continentale au large du détroit d'Hudson ne sont pas bien comprises. Obtenus par des tirs d'air comprimé, des profils de sismique réflexion à grande précision de la plate-forme externe et de la pente montrent une unité de progradation, acoustiquement incohérente, d'une épaisseur minimale de 30 m. Cette unité a été échantillonnée par du carottage par piston et elle correspond à une unité de diamictons riche en carbonates, interprétée en tant qu'une coulée de débris glaciogéniques, par endroits recouverte de turbidites boueuses riches en carbonates, lesquelles ont été datées en tant qu'un événement Heinrich 3 (H3). Il manque des coulées de débris glaciogéniques plus jeunes. Ces données sont comparées aux enregistrements sismiques-stratigraphiques de la plate-forme continentale, où une surface d'érosion régionale, à une profondeur 10 - 200 m sous le plancher océanique, recoupe des strates du Tertiaire et est recouverte par un feuillet de diamicton (till sous-glaciaire?) d'une épaisseur de 50 m; cette surface est corrélée aux coulées de débris glaciogéniques. Au-dessus de cette unité, au moins deux feuillets distincts de diamictons prennent fin sur la partie interne de la plate-forme continentale. Ces données impliquent que la glace Laurentide ancrée a traversé la plate-forme continentale au cours de H3, distribuant de grandes quantités de diamictons à la pente continentale; cependant, durant les événements antérieurs Heinrich H1 et H2, aucune trace de diamicton n'a été laissée sur la partie externe de la plate-forme ni sur la pente. Ces résultats expliquent les différences observées entre H3 et les événements Heinrich plus jeunes dans la mer du Labrador.
GEOSCAN ID222594