GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreRetrieval of vegetation clumping index using hot spot signatures measured by POLDER instrument
AuteurLacaze, R; Chen, J M; Roujean, J.-L; Leblanc, S G
SourceRemote Sensing of Environment 79, 1, 2002 p. 84-95, https://doi.org/10.1016/s0034-4257(01)00241-3 (Accès ouvert)
Année2002
Séries alt.Secteur des sciences de la Terre, Contribution externe 20043052
ÉditeurElsevier BV
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1016/s0034-4257(01)00241-3
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
RésuméL'utilisation éventuelle de l'information obtenue par l'échantillonnage de la fonction de la distribution de la réflectance bidirectionnelle (FDRB) souffre d'un manque d'applications fiables en écologie, domaine dans lequel elle devrait jouer le rôle d'un descripteur perfectionné de la végétation pour compléter les mesures hyperspectrales. Cette lacune découle de l'absence de jeux cohérents de données angulaires dont la résolution est suffisante à l'échelle mondiale. Dans ce contexte, l'instrument POLDER est particulièrement intéressant, car il capte des signatures de radiance directionnelle à haute résolution angulaire, fournissant ainsi le premier produit de FDRB qui offre une couverture mondiale. Dans cet article, nous étudions comment distinguer entre différents types de végétation en n'utilisant qu'une portion de la FDRB, en particulier les deux signatures directionnelles fondamentales, soit les réflectances maximale (point chaud) et minimale (point sombre) observées respectivement dans les régions de rétrodiffusion et de diffusion avant. Ces deux signatures servent à calculer un indice directionnel point chaud-sombre (indice PCS), défini comme la différence normalisée entre la réflectance au point chaud et celle au point sombre. Nous montrons qu'on peut établir une relation linéaire entre l'indice PCS et l'indice de groupement du feuillage pour trois types de végétation observés au moyen du capteur satelliporté POLDER. Nous nous servons du simulateur de productivité des écosystèmes boréaux (SPEB) pour évaluer l'importance de la cartographie de l'indice de groupement dans les études écologiques. Selon le groupement du feuillage, le SPEB donne une estimation de la photosynthèse quotidienne qui peut varier de 20 p. 100 pour un peuplement d'épinettes noires. Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que les résultats de cette étude influent fortement sur l'utilisation de la télédétection optique directionnelle pour améliorer l'évaluation de la productivité terrestre et du cycle du carbone.
GEOSCAN ID219854