GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreNew insights into glaciation and sea-level fluctuation on northern Grand Bank, offshore Newfoundland
TéléchargerTéléchargements
AuteurKing, E L; Sonnichsen, G V
SourceCommission géologique du Canada, Recherches en cours (En ligne) no. 2000-D6, 2000, 8 pages, https://doi.org/10.4095/211175 (Accès ouvert)
Image
Année2000
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/211175
Mediaen ligne; numérique; CD-ROM
Référence reliéeCette publication est contenue dans Geological Survey of Canada; (2000). Current Research 2000, Commission géologique du Canada, Recherches en cours (En ligne) no. 2000-ABCDE
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière de l'est
SNRC2A; 1P
Lat/Long OENS-51.0000 -44.0000 49.0000 46.0000
Sujetslevés sismiques; levés sismiques marins; interpretations sismiques; analyses stratigraphiques; dépôts glaciaires; glaciation; dépôts glaciomarins; tills; moraines; plate-forme continentale; blocs; érosion; puits; caractéristiques structurales; variations du niveau de la mer; discordances; Miocène; géologie des dépôts meubles/géomorphologie; géologie marine; Quaternaire
Illustrationssketch maps; seismic profiles; cross-sections
ProgrammeLe Programme de recherche et de développement énergétiques (PRDE)
Diffusé2000 01 01
RésuméDes levés géophysiques à haute résolution effectués dans la partie nord du Grand Banc attestent de fluctuations du niveau de la mer et d'un englacement généralisé. Parmi la multitude d'ensembles de sédiments de progradation et d'aggradation dont les limites sont définies par des surfaces d'érosion, on en distingue deux qui sont caractérisés par des surfaces progradantes et qui se seraient déposés au Cénozoïque tardif sous forme de dépôt débordement de banc plutôt que par l'action d'eaux de fonte glaciaires. Le passage d'un régime d'aggradation à un régime de progradation de la bordure de la plate-forme continentale qui a eu pour conséquence d'augmenter l'inclinaison de la pente du talus et de déclencher des glissements de terrain témoigne d'une augmentation de l'apport de sédiments au Pliocène-Pléistocène. Jusqu'à des profondeurs d'eau de 400 m, on peut reconnaître une nappe de sédiments glaciogéniques généralisée, enfouie à faible profondeur sous la surface, qui serait composée surtout de till et de moraines de retrait apparentées. Cet élément est le seul témoin manifeste de l'extension de la glaciation au-delà de la bordure de la plate-forme continentale. Vers le sud-ouest, la terminaison abrupte des moraines témoigne probablement d'une transgression antérieure au Wisconsinien supérieur. Cette transgression aurait érodé le till qui était présent au-dessus d'une profondeur d'eau d'environ 160 m et n'aurait laissé que des lambeaux d'érosion dans les zones moins profondes. La possibilité d'une glaciation au Wisconsinien supérieur ne peut être éliminée. La présence localisée de surfaces de sol induré, qui seraient probablement associées à une exposition subaérienne, est peut-être commune au-dessus d'une profondeur d'eau de 160 m.
GEOSCAN ID211175