GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThe lithostratigraphic record of late Pleistocene-Holocene environmental change at the Andrews site near Moose Jaw, Saskatchewan
TéléchargerTéléchargement (publication entière)
AuteurAitken, A E; Last, W M; Burt, A K
SourceHolocene climate and environmental change in the Palliser Triangle: a geoscientific context for evaluation the impacts of climate change on the southern Canadian prairies; par Lemmen, D S (éd.); Vance, R E (éd.); Commission géologique du Canada, Bulletin 534, 1999 p. 173-181, https://doi.org/10.4095/211116 (Accès ouvert)
Image
Année1999
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/211116
Mediapapier; en ligne; numérique
Référence reliéeCette publication est contenue dans Lemmen, D S; Vance, R E; (1999). Holocene climate and environmental change in the Palliser Triangle: a geoscientific context for evaluation the impacts of climate change on the southern Canadian prairies, Commission géologique du Canada, Bulletin no. 534
Formatspdf
ProvinceSaskatchewan
SNRC72H/05
Lat/Long OENS-106.0000 -105.5000 50.5000 50.2500
Lat/Long OENS-105.5000 -105.5000 50.5000 50.2500
SujetsHolocène; fluctuations climatiques; milieu sédimentaire; climat; paléoenvironnement; niveaux d'eau; dépôts lacustres; Pléistocène; lithostratigraphie; salinité; milieu sédimentaire; sedimentation; topographie; silts; Formation de Battleford ; changement climatique; géologie de l'environnement; stratigraphie; Nature et environnement; Quaternaire
Illustrationssketch maps; analyses
ProgrammePalliser Triangle Global Change Project
Diffusé2000 01 01
RésuméQuatre unités lithostratigraphiques ont été reconnues dans une excavation de fosse-réservoir de 5,8 m en terrain bosselé : un diamicton (L1); une gypsite laminée riche en matières organiques (L2); un silt argileux calcaire (L3); et un silt argileux massif (L4). Le diamicton de base est un till supraglaciaire qui a été déposé dans une dépression peu profonde avant 10 200 BP. La fonte ultérieure de glace glaciaire enfouie stagnante a engendré un bassin lacustre peu profond à environ 10 000 BP. Un intervalle ultérieur très sec d'une durée de 1 200 ans (jusqu'à environ 8 800 BP) se traduit par la prédominance d'une sédimentation chimique dans un bassin salin à hypersalin. Une couche de boue sablonneuse enrichie en flocons de charbon de bois et en graines calcinées au sommet de cette unité évaporitique témoigne d'une période de déstabilisation du bassin versant par des feux de prairie, qui se sont traduits par un ruissellement et une érosion accrus. Les sédiments reflètent une transition graduelle entre environ 8 000 et 6 000 BP, à partir d'un milieu sédimentaire à salinité élevée et à prédominance chimique vers un lac caractérisé par une salinité plus faible et une sédimentation clastique essentiellement à grains fins.
GEOSCAN ID211116