GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreSensitivity of the coasts of Canada to sea-level rise
TéléchargerTéléchargements
AuteurShaw, J; Taylor, R B; Forbes, D L; Ruz, M H; Solomon, S
SourceCommission géologique du Canada, Bulletin 505, 1998, 79 pages (1 feuille); 1 CD-ROM, https://doi.org/10.4095/210075 (Accès ouvert)
Image
Année1998
ÉditeurRessources naturelles Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/210075
CartesCette publication contient 1 carte
Info. cartedépôts meubles, 1/6,750,000
Mediapapier; en ligne; numérique; CD-ROM
Référence reliéeCette publication contient Shaw, J; Shaw, J; Shaw, J; Shaw, J; Shaw, J; Taylor, R B; Taylor, R B; Taylor, R B; Taylor, R B; Taylor, R B; Forbes, D L; Forbes, D L; Forbes, D L; Forbes, D L; Forbes, D L; Ruz, M -H; Ruz, M -H; Ruz, M -H; Ruz, M -H; Ruz, M -H; Solomon, S; Solomon, S; Solomon, S; Solomon, S; Solomon, S; (1998). Figure 2. Sensitivity of the coast of Canada to sea-level rise, Sensitivity of the coasts of Canada to sea-level rise, Commission géologique du Canada, Bulletin no. 505
Liensreadme / lisez-moi
Formatspdf; JPEG2000
ProvinceCanada; Colombie-Britannique; Yukon; Territoires du Nord-Ouest; Manitoba; Ontario; Québec; Île-du-Prince-Édouard; Nouveau-Brunswick; Nouvelle-Écosse; Nunavut; Terre-Neuve-et-Labrador
SNRC20P; 21; 10; 1M; 1N; 2; 12; 3D; 3E; 13; 14; 22; 24; 34; 33D; 33E; 33L; 33M; 33N; 32M; 42P; 43; 45; 55; 54; 56A; 56H; 46; 25; 16; 26; 36; 27; 37; 38; 47; 57; 58; 48; 68; 67; 77; 78; 87; 88; 39; 49; 59; 69; 79; 89; 99A; 98; 97; 107; 117; 103; 92
Lat/Long OENS-136.0000 -56.0000 84.0000 56.0000
Lat/Long OENS-134.0000 -128.0000 56.0000 52.0000
Sujetsétudes côtières; variations du niveau de la mer; effets sur l'environnement; analyse environnementales; etudes de l'environnement; érosion; climat; milieux de marée; marées; topographie; littoraux; variations du littoral; milieu côtièr; érosion côtière; géologie structurale; géologie de l'environnement; Quaternaire
Illustrationssketch maps; photographs; aerial photographs
Diffusé1998 11 01; 2003 04 01; 2009 03 02
RésuméPour évaluer la sensibilité des côtes canadiennes à une hausse du niveau de la mer de l'ordre de 0,65 m d'ici la fin du prochain siècle, une méthode objective a été utilisée. En se basant sur l'hypothèse selon laquelle l'intensité des répercussions est liée à sept variables quantifiables (relief, géologie, formes côtières, vitesse de recul de la côte, tendance à la variation du niveau de la mer, énergie des vagues et amplitude de la marée), un indice sans dimension a été établi pour chacune des 2 899 cartes du SNRC (échelle de 1/50 000) figurant une partie des côtes du Canada. Les valeurs de cet indice s'échellonnent de 0,8 à 57, affichent une moyenne de 5,1 et montrent un mode très prononcé se situant entre 2 et 4. Les secteurs de faible sensibilité (valeurs plus basses que 5) constituent 67 % de l'ensemble des côtes, ceux de sensibilité moyenne (valeurs entre 5 et 15) correspondent à 30 % de ce même ensemble, et les secteurs de forte sensibilité n'en constituent que 3 %. Aucun grand secteur n'est susceptible de subir une inondation catastrophique par la mer mais toute hausse du niveau de la mer pourrait causer une accélération des processus de changement.
La région la plus sensible inclut la majeure partie des côtes de la Nouvelle-Écosse, du l'île-du- Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. Les principaux impacts seraient une érosion et un recul plus rapides des côtes. De petites parties seulement de ces côtes seraient submergées en permanence. Les marais salés seraient plus fréquemment inondés, mais leur accrétion serait suffisante pour s'adapter à la hausse du niveau de la mer. De nouvelles formes sédimentaires - flèches, plages et bancs - s'édifieraient par endroits. De nombreuses petites agglomérations sont situées dans les zones sensibles, mais les grandes régions urbaines dans la même situation sont rares.
La côte du Pacifique affiche dans l'ensemble une faible sensibilité, du fait que le littoral y est surtout constitué de fjords rocheux élevés et d'écueils. Les secteurs montrant une forte sensibilité se rencontrent notamment dans la région urbanisée du delta du Fraser et dans certaines parties de l'île Graham.
Presque tout la côte arctique affiche une faible sensibilité. Un accroissement de l'étendue et de la durée des eaux libres de glaces durant l'été aurait des répercussions plus importantes qu'une élévation du niveau de la mer. Par contre, la côte bordant la mer de Beaufort au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest est très sensible. Parmi les effets possibles, mentionnons un recul plus rapide de la côte et une accélération de la vitesse d'érosion des lacs d'eau douce littoraux et de leur transformation en baies d'eau saumâtre ou saline. L'accrétion de la surface des marais dans la région de la mer de Beaufort pourrait ne pas se produire à une vitesse suffisante pour contrer la hausse du niveau de la mer.
En raison des simplifications intrinsèques associées à la méthode utilisée, de nombreux secteurs affichant une forte sensibilité n'ont pas été identifiés à l'aide du système de pondération. Dans cette catégorie, on trouve les deltas de petite et de moyenne tailles, en particulier dans l'Arctique, à l'extérieur des régions de baisse rapide du niveau de la mer et les estrans et les petits marais salés.
GEOSCAN ID210075