GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreThree-dimensional magnetic modelling of the Midcontinent Rift beneath central Lake Superior
AuteurTeskey, D J; Thomas, M D
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 31, no. 4, 1994 p. 675-681, https://doi.org/10.1139/e94-060 (Accès ouvert)
Année1994
Séries alt.Commission géologique du Canada, Contributions aux publications extérieures 46192
Séries alt.Lithoprobe Publication 579
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e94-060
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceOntario
SNRC42D/03; 42D/04; 42D/05; 42D/06; 42D/11; 42D/12; 52A/09; 52A/08; 52A/01; 52A/02; 41M
Lat/Long OENS -89.2500 -87.2500 48.7500 47.0000
Sujetsétablissement de modèles; établissement de modèles magnétiques; levés aéromagnétiques; interprétations magnétiques; levés magnétiques; interprétations géophysiques; magnétisme du champ complet; levés géophysiques; croûte continentale; crevasses; géophysique; Précambrien
Illustrationssketch maps; cross-sections
ProgrammeGreat Lakes International Multidisciplinary Program on Crustal Evolution (GLIMPCE)
RésuméUn levé aéromagnétique à haute présolution a été réalisé, en 1987, au-dessus du lac Supérieur comme contribution dans le cadre du projet « Great Lakes International Multidisciplinary Program on Crustal Evolution (GLIMPCE) ». Ce levé est complémentaire au levé de sismique marine de 20?s (durée de trajet aller-retour) qui a été complété, en 1986, sur cinq profils du lac, et dont l'objectif était l'étudie du Rift mid-Continent (RmC) daté de 1,1?Ga. Un modèle magnétique à 2,5?D a démontré que le modèle appréhendé sur la base des résultats du levé du sismique marine est compatible avec les anomalies magnétiques, à la condition de supposer que l'aimantation est due essentiellement à une couche supérieure normalement polarisée et une couche inférieure inversement polarisée. Une théorie a été développée et a servi à étendre le modèle fondé sur les données sismiques du projet GLIMPCE à l'ouest couvrant la portion centrale du lac, incluant un déplacement du modèle à 2,5?D latéralement jusqu'au profil de direction nord-sud adjacent, en y ajustant les points nodaux, et en répétant le processus de manière à couvrir toute la région. Une intégration de surface a été appliquée à la structure tridimensionnelle résultante. La modélisation tenait compte des contraintes imposées surtout par les données des lignes sismiques de 8?s (durée de trajet aller-retour) fournies par l'industrie, lesquelles ont permis de définir la surface supérieure de la couche aimantée normalement et la limite qui sépare la couche d'aimantation normale de celle inversée. Les valeurs des forces d'aimantation et les directions pour les deux couches ont été estimées sur la base des résultats publiés pour la rive du lac et des îles dans le lac. Le modèle a été ajusté de manière à s'harmoniser autant que possible avec le champ mesuré, fournissant ainsi une estimation de la topographie de la surface inférieure de la couche inversement aimantée. Le modèle finalisé est compatible avec le relevé des anomalies gravimétriques et avec les résultats des études de sismique réfraction. En faisant varier l'aimantation de la couche supérieure et inférieure dans des limites raisonnables, on affectait d'environ 10% la valeur absolue de la profondeur maximale (48 km) du modèle, toutefois sans modifier significativement sa géométrie. Il a été démontré que le programme de modélisation en trois dimensions est utile pour les études de ce type si la continuité le long de la direction est raisonnable.
GEOSCAN ID194850