GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreSeismic Evidence For the Migration of Fluids Within the Accretionary Complex of western Canada
AuteurCalvert, A J; Clowes, R M
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 28, no. 4, 1991 p. 542-556, https://doi.org/10.1139/e91-048 (Accès ouvert)
Année1991
Séries alt.Lithoprobe Publication 203
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e91-048
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceColombie-Britannique
SNRC92B/SW; 92B/NW; 92C; 92E/SE; 92F/SE; 92F/SW
Lat/Long OENS-127.0000 -123.0000 48.5000 48.0000
Sujetslevés de reflexion sismiques; interpretations sismiques; méthodes sismiques; données sismiques; levés sismiques; levés géophysiques; zones de subduction; sediments; failles; failles, chevauchement; frontières de plaques; caractéristiques structurales; talus continental; éléments tectoniques; migration des fluides; géologie structurale; tectonique; géophysique
Illustrationssketch maps; seismic profiles; cross-sections
RésuméLes données multicanales de sismique réflexion profonde de la zone de subduction de la côte ouest du Canada définissent le prisme sédimentaire d'accrétion et les principaux terranes (Crescent, Pacific Rim et Wrangellia) qui forment la marge convergente. Le limite supérieure de la croûte océanique ignée est marquée par des réflexions subhorizontales qui s'étendent, à partir du front de déformation vers le continent, sur une distance d'au moins 100 km. Lors de l'incorporation dans le prisme d'accrétion, la stratigraphie nettement définie de la coupe des sédiments océaniques insérés fut détruite sur environ 10 km de longueur. Au départ, apparaît une zone dépourvue de réflexion, pleinement corrélable avec la phase culminante d'expulsion des fluides. En s'approchant des terres, les réflexions sont principalement inclinées vers le continent. Parmi ces réflexions, un certain nombre représente des failles de chevauchement qui émergent en profondeur et qui accompagnent les réflexions subhorizontales, mais la majorité d'entre elles ont une origine différente. Ces réflexions peuvent être reliées aux mouvements des fluides engendrés par la compaction des sédiments, ou possiblement par la déshydratation le long de la dalle de subduction. Elles sont plus intenses dans une région de vitesses sismiques réduites sous le talus continental, où une analyse des amplitudes des réflexions avec décalage indiquent un coefficient de Poisson élevé; ce qui est en accord avec la présence de fortes pressions interstitielles. Par conséquent, les variations de la pression interstitielle associées à la migration des fluides pourraient être la raison même de l'existence de la plupart des réflexions comprises dans le prisme d'accrétion, bien que la cristallisation de minéraux contenus dans les fluides ascendants puisse aussi être un facteur important. En plus, les données sismiqes révèlent que les fluides du prisme d'accrétion ont migré dans les sédiments sus-jacents du bassin de Tofino. Quelques réflexions anormalement intenses et les discontinuités dans les sédiments horizontalement stratifiés dans les niveaux inférieurs du bassin représentent, probablement, les fluides qui migrèrent vers le haut, à partir du prisme d'accrétion, et qui furent piégés contre les barrières imperméables créées par le dépôt de sédiments sur le talus continental et dans le bassin.
GEOSCAN ID133043