GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreEvolution and hydrocarbon potential of the Queen Charlotte Basin, British Columbia
TéléchargerTéléchargements
AuteurWoodsworth, G J (éd.)
SourceCommission géologique du Canada, Études no. 90-10, 1991, 569 pages (8 feuilles), https://doi.org/10.4095/131959 (Accès ouvert)
Année1991
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.4095/131959
CartesCette publication contient 6 cartes
Info. cartegéophysique, 1/2,500,000
Info. cartegéologique, 1/25,000
Info. cartegéologique, 1/30,000
Info. cartegéologique, 1/1,000
Info. cartegéologique, 1/250,000
Mediapapier; en ligne; numérique
Référence reliéeCette publication contient les publications suivantes
Formatspdf
ProvinceColombie-Britannique; Région extracotière de l'ouest
SNRC103B/03; 103B/05; 103B/06; 103B/11; 103B/12; 103B/13; 103C/09; 103C/16; 103F/01; 103F/02; 103F/07; 103F/08; 103F/09; 103F/10; 103F/14; 104F/15; 103F/16; 103G/13; 103G/12; 103G/04; 103J/04; 103K/01; 103K/02; 103K/03; 102O; 102P; 103A; 103B
Lat/Long OENS-133.5000 -131.0000 54.2500 52.0000
Sujetsbassins; analyses du bassin; evolution du bassin; milieux tectoniques; évolution tectonique; interprétations tectoniques; analyses stratigraphiques; analyses structurales; caractéristiques structurales; capacité de production d'hydrocarbures; migration des hydrocarbures; maturation des hydrocarbures; hydrocarbures; datation au potassium-argon; datations au uranium-plomb; datations radiométriques; roches plutoniques; roches ignées; mouvements des plaques; tectonique de plaques; interprétations géophysiques; levés de refraction sismiques; interpretations sismiques; levés sismiques; levés géophysiques; levés de reflexion sismiques; levés sismiques; biostratigraphie; fossiles; sedimentation; palynologie; filons rocheux; plate-forme continentale; etudes de l'environnement; collectes des données; Formation de Skonun ; Formation de Masset ; Groupe de Queen Charlotte ; Formation d'Honna ; Formation de Skidegate ; Formation d'Haida ; Formation de Longarm ; Groupe de Moresby ; Formation de San Christoval ; Groupe d'Yakoun ; Formation de Graham Island ; Formation de Richardson Bay ; Groupe de Maude ; Formation de Phantom Creek ; Formation de Whiteaves ; Formation de Fannin ; Formation de Rennel Junction ; Formation de Ghost Creek ; Groupe de Kunga ; Calcaire de Sadler ; Formation de Karmutsen ; Formation de Sandilands ; géochimie; géochronologie; paléontologie; sédimentologie; stratigraphie; tectonique; combustibles fossiles; géophysique; géologie marine; pétrologie ignée et métamorphique; géologie structurale; géologie de l'environnement; Tertiaire; Mésozoïque; Crétacé; Jurassique; Trias
ProgrammeFrontier Geoscience Program
Diffusé1991 06 01; 2014 04 02; 2019 07 12; 2019 09 23
RésuméLes îles de la Reine-Charlotte sont composées de deux successions tectonostratigraphiques: I) des roches volcaniques, des calcaires et des roches silicoclastiques du Trias supérieur et du Jurassique inférieur de la formation de Karmutsen et des groupe de Kunga et de Maude respectivement; et 2) des roches volcaniques, du grès, du schiste argileux et du conglomérat du Jurassique moyen, du Crétacé et du Tertiaire faisant partie des groupes de Yakoun et de Moresby (Jurassique moyen), de la formation de Longarm (Crétacé inférieur), du groupe de Queen Charlotte (Crétacé), des formations de Masser et de Skonun (Tertiaire) et de plusieurs unités cartographiques non désignées. LA succession tectonostratigraphique la plus ancienne s' est accumulée sur le fragment continental de la Wrangel­lia. l'activité volcanique mafique du Trias supérieur a été suivie d'une subsidence synchrone lente accompagnée d'un dépôt de roches carbonatées et clastiques de plate-forme. Selon les données fossiles et paléomagnétiques recueillies, la Wrangellia se trouvait à des latitudes plus basses pendant le Trias et le début du Jurassique. Le déplacement vers le nord, accompagné d'une segmentation et d'une accrétion éventuelle de la Wrangel/ia à la marge continentale du Canada et de l'Alaska, a eu lieu entre le Jurassique moyen et le Crétacé supérieur. Un plissement et un chevauchement à direction nord-est a accompagné la déformation et le plutonisme du Jurassique moyen dans les îles de la Reine-Charlotte. Après le Jurassique moyen, il y a eu un changement de style de sédimen­tation mis en évidence par la composition et le faciès de l'assemblage tectono-stratigraphique le plus récent. Les zones d'origine étaient proximales et les bassins étaient de taille relativement petite. Même si les caractéristiques de ces roches sont typiques de couches d'âge semblable dans l'île de Vancouver et dans le sud de la chaîne Côtière, il n'a pas été possible d'établir une corrélation des unités cartographiques entre ces régions. Durant le Jurassique supérieur et le Crétacé, un morcèlement par failles synsédimentaire a eu des répercussions sur l'épaisseur, le faciès et la distribution des unités au sein de séquences de grès-schiste argileux transgressives. Ce style de sédimentation s'est poursuivi jusqu'au Tertiaire. Des roches clastiques marines et non marines ( non désignées) récemment découvertes de I' Éocène et de l' Oligocène se sont accumulées à la même époque par débordement de roches pyroclastiques et de coulées mafiques (non désignées). Un deuxième épisode de plissements et de chevauchements à direction nord­est a eu lieu pendant la.fin de /'Oligocène et/ou au début du Miocène. La réactivation de l' activité volcanique (for­mation de Masser) a été accompagnée de la sédimentation de dépôts épais de roches clastiques miocènes et pliocènes (formation de Skonun). Des parties des groupes de Kunga et de Maude offrent de bonnes possibilités de contenir des roches mères. Les roches réservoirs possibles sont notamment les formations de Langarm et de Honna et les grès tertiaires. La juxtaposition de roches réservoirs au-dessus de roches mères a été reconnue sur terre; les mêmes liens pourraient exister au large. Pour identifier les cibles crétacées au large des côtes, il faudra acquérir des données de sismique réflexion de meilleure résolution dans les roches sous-jacentes aux roches clastiques et volcaniques tertiaires. Le bassin de la Reine-Charlotte possède plusieurs caractéristiques géologiques semblables à celles de l'inlet Cook (Alaska) : 1) ils ont tous les deux évolués dans des milieux d'avant-arc, 2) des suintements de pétrole brut ont été observés, 3) ils sont surtout composés ( après le Jurassique inférieur) de grès feldspatholitique, 4) ils sont caractérisés par une histoire tectonique complexe qui s' est traduite par la juxtaposition de couches réservoirs au-dessus de couch­es mères, 5) la maturation et la migration des hydrocarbures n'a pas eu lieu avant le Tertiaire et 6) ils ont subi au Tertiaire inférieur une déformation qui a pu créer des pièges d'hydrocarbures.
GEOSCAN ID131959