GEOSCAN, résultats de la recherche

Menu GEOSCAN


TitreLate Cenozoic evolution of Sackville Spur: a sediment drift on the Newfoundland continental slope
AuteurKennard, L; Schafer, C; Carter, L
SourceCanadian Journal of Earth Sciences vol. 27, no. 6, 1990 p. 863-878, https://doi.org/10.1139/e90-089 (Accès ouvert)
Année1990
Séries alt.Commission géologique du Canada, Contributions aux publications extérieures 54186
ÉditeurÉditions Sciences Canada
Documentpublication en série
Lang.anglais
DOIhttps://doi.org/10.1139/e90-089
Mediapapier; en ligne; numérique
Formatspdf
ProvinceRégion extracotière de l'est
Lat/Long OENS -47.0000 -45.0000 49.0000 47.0000
Sujetstalus continental; sedimentation; silts; argiles; sables; interprétations géophysiques; levés de reflexion sismiques; interpretations sismiques; profils sismiques; données sismiques; levés sismiques marins; levés sismiques; levés géophysiques; courants; Miocène; Pliocène; discordances; caractéristiques structurales; érosion; mouvement de masse; analyses stratigraphiques; analyses granulométriques; puits; corrélations stratigraphiques; biostratigraphie; fossiles; courants de fond; faciès sédimentaires; lithofaciès; faciès; Foraminifères; stratigraphie; géologie structurale; paléontologie; géophysique; sédimentologie; Quaternaire; Tertiaire; Cénozoïque
Illustrationssketch maps; photographs; stratigraphic columns; seismic profiles
Points de vente
Newfoundland and Labrador, Natural Resources, Geoscience Publications and Information Section
P.O. Box 8700, 50 Elizabeth Avenue, St. John's, Newfoundland, A1B 4J6; Ph. 709-729-6193 Fax. 709-729-4491 notices@gov.nl.ca
RésuméLes sédiments de l'éperon de Sackville sont constitués de matériel détritique transporté par les courants marins et forment une extension vers le nord-ouest des Grands Bancs du talus continental aux isobathes comprises entre 900 et 2500 m, près de la latitude 48°N. Actuellement, le courant du Labrador et le courant de fond de la limite occidentale représentent les forces hydrodynamiques potentielles qui déterminent la nature et la forme des dépôts sur les flancs de l'éperon de Sackville. Il existe au large, près du niveau supérieur du flanc nord de l'éperon, une composante de fond du courant du Labrador qui produit une séparation sélective des particules de la grandeur de limon et d'argile, laissant un résidu de déflation formé de 43% des particules de la grandeur de sable. La base du flanc nord (?2500 m) se trouve dans une zone où les sédiments peuvent être remaniés par les courants rapides du coeur du courant de fond de la limite occidentale. Ici, les sédiments de surface sont caractérisés par un pourcentage relativement élevé de sable fin (2-3ø) et par un pourcentage plus faible de limon, comparativement aux sédiments observés sur le sommet de l'éperon de Sackville.Une étude des données de sismique réflexion révèle que la sédimentation contrôlée par les courants, étant particulièrement associée au remaniement des sédiments de fond par la composante profonde au large du courant du Labrador, a été active à la partie sommitale de l'éperon de Sackville depuis le temps du Miocène tardif jusqu'au Pliocène précoce. La naissance du courant profond du Labrador en ce temps est marquée par une discordance angulaire près de la base du dépôt de l'éperon de sédiment détritique transporté. Suite à cette érosion, la sédimentation a produit une progradation rapide de l'éperon vers le nord-est. La dernière phase de la formation de l'éperon est caractérisée par (i) une érosion intermittante accompagnée de glissements sous-marins à grande échelle; (ii) une sédimentation de flot de masse à petite échelle; et (iii) une dérive sud-ouest bien marquée du centre de dépôt vers la passe Flemish.
GEOSCAN ID131360