GEOSCAN Search Results: Fastlink

GEOSCAN Menu


TitleLes changements de température et de précipitations au Canada
DownloadDownloads
LicencePlease note the adoption of the Open Government Licence - Canada supersedes any previous licences.
AuthorZhang, X; Flato, G; Kirchmeler, M; Vincent, L; Wan, H; Wang, X; Rong, R; Fyfe, J; Li, G; Kharin, V V
SourceRapport sur le climat changeant du Canada; by Bush, E (ed.); Lemmen, D S (ed.); 2019 p. 113-194, https://doi.org/10.4095/327812 (Open Access)
LinksOnline - En ligne (interactive - interactif)
LinksRapport sur le climat changeant du Canada - reseignements supplémentaires
Year2019
PublisherGovernment of Canada
Documentbook
Lang.French
Mediapaper; on-line; digital
RelatedThis publication is contained in Bush, E; Lemmen, D S; (2019). Rapport sur le climat changeant du Canada
RelatedThis publication is a translation of Zhang, X; Zhang, X; Flato, G; Flato, G; Kirchmeler, M; Kirchmeler, M; Vincent, L; Vincent, L; Wan, H; Wan, H; Wang, X; Wang, X; Rong, R; Rong, R; Fyfe, J; Fyfe, J; Li, G; Li, G; Kharin, V V; Kharin, V V; (2019). Temperature and precipitation across Canada, Canada's changing climate report
File formatpdf
ProvinceBritish Columbia; Alberta; Saskatchewan; Manitoba; Ontario; Quebec; New Brunswick; Nova Scotia; Prince Edward Island; Newfoundland and Labrador; Northwest Territories; Yukon; Nunavut; Northern offshore region; Eastern offshore region; Western offshore region
NTS1; 2; 3; 10; 11; 12; 13; 14; 15; 16; 20; 21; 22; 23; 24; 25; 26; 27; 28; 29; 30; 31; 32; 33; 34; 35; 36; 37; 38; 39; 40; 41; 42; 43; 44; 45; 46; 47; 48; 49; 52; 53; 54; 55; 56; 57; 58; 59; 62; 63; 64; 65; 66; 67; 68; 69; 72; 73; 74; 75; 76; 77; 78; 79; 82; 83; 84; 85; 86; 87; 88; 89; 92; 93; 94; 95; 96; 97; 98; 99; 102; 103; 104; 105; 106; 107; 114O; 114P; 115; 116; 117; 120; 340; 560
Lat/Long WENS-141.0000 -50.0000 90.0000 41.7500
SubjectsNature and Environment; surficial geology/geomorphology; environmental geology; hydrogeology; climate; climatology; climate effects; snow; ice; permafrost; ground ice; sea ice; glaciers; surface waters; rivers; lakes; temperature; precipitation; ground temperatures; oceanography; climate, arctic; Canadian Cordillera; climate change; ice caps; fresh water; cumulative effects
Illustrationslocation maps; graphs; models; plots; photographs; tables; histograms
ProgramClimate Change Impacts and Adaptation Program, Canada in a Changing Climate
Released2019 04 02; 2020 12 08
Abstract(Summary available in French only)
La température et les précipitations sont des quantités climatiques fondamentales qui ont une influence directe sur les systèmes humains et naturels. Elles sont habituellement mesurées dans le cadre du système d'observation météorologique qui fournit les données actuelles et historiques sur les changements partout au Canada. Les changements dans le système d'observation, comme les changements d'instruments ou d'emplacement du site de mesure, doivent être pris en compte dans l'analyse du dossier historique à long terme. Le système d'observation est également réparti de façon hétérogène dans tout le Canada, une grande partie du Nord du Canada ayant un réseau très clairsemé et qui est en place depuis seulement 70 ans environ. L'on peut affirmer, avec un degré de confiance très élevé, que les ensembles de données de température sont suffisamment fiables pour calculer des moyennes régionales de température pour le Sud du Canada de 1900 jusqu'au présent et pour le Nord du Canada de 1948 jusqu'au présent. L'on peut dire, avec un degré de confiance moyen, que les ensembles de données de précipitations sont suffisamment fiables pour calculer des moyennes régionales des anomalies de précipitations normalisées (écart par rapport à la moyenne initiale divisée par la moyenne initiale) pour le Sud du Canada de 1900 jusqu'à présent, mais ces affirmations s'appuient seulement sur un degré de confiance faible pour le Nord du Canada de 1948 jusqu'à présent. Ces ensembles de données montrent que la température au Canada a augmenté environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale, la température annuelle moyenne du Canada ayant augmenté d'environ 1,7 ºC (plage probable de 1,1 ºC à 2,3 ºC) au cours de la période de 1948 à 2016. Les températures ont augmenté davantage dans le Nord que dans le Sud du Canada, et plus en hiver qu'en été. La température moyenne annuelle dans le Nord du Canada a augmenté de 2,3 ºC (plage probable de 1,7 ºC à 3,0 ºC) de 1948 à 2016, soit environ trois fois le taux de réchauffement moyen mondial. Plus de la moitié du réchauffement peut être attribué à des émissions de gaz à effet de serre causés par l'humain. Les modèles climatiques projettent des tendances semblables de changements dans l'avenir, l'ampleur du réchauffement dépendant des futures émissions de gaz à effet de serre. Un scénario de faibles émissions (RCP2.6), généralement compatible avec l'objectif de température mondiale de l'Accord de Paris, augmentera la température moyenne annuelle au Canada de 1,8 ºC supplémentaire d'ici le milieu du siècle, demeurant à peu près constant par la suite. Un scénario d'émissions élevées (RCP8.5), selon lequel on réalise peu de réductions d'émissions, verrait la température moyenne annuelle du Canada augmenter de plus de 6 ºC d'ici la fin du XXIe siècle. Dans tous les cas, le Nord du Canada est projeté de se réchauffer plus que le Sud du Canada et les températures hivernales sont projetés d'augmenter plus que les températures estivales. Il y aura de plus en plus de degrés-jours de croissance (une mesure de la saison de croissance, importante pour l'agriculture) et moins de degrés-jours de gel (une mesure de la rigueur de l'hiver), un travail de concert avec le changement de la température moyenne. Il y a un degré de confiance moyen, étant donné le réseau des stations d'observations partout au Canada, que les précipitations moyennes annuelles ont augmenté, en moyenne, au Canada, avec des augmentations plus importantes dans le Nord du Canada. Les modèles climatiques projettent davantage d'augmentations des précipitations, avec une augmentation des précipitations moyennes annuelles projetées à environ 7 % selon le scénario de faibles émissions (RCP2.6) et 24 % selon le scénario d'émissions élevées (RCP8.5) d'ici la fin du XXIe siècle. À mesure que la température augmente, il continuera d'y avoir un changement entre la neige et la pluie au printemps et à l'automne. Même si, en général, les précipitations sont prévues d'augmenter dans le futur, les précipitations estivales dans certaines parties du Sud du Canada sont projetées de diminuer d'ici la fin du XXIe siècle selon le scénario d'émissions élevées. Cependant, il y a un degré de confiance plus faible dans cette diminution estivale projetée que dans l'augmentation projetée des précipitations annuelles. Il y a un degré de confiance élevé dans cette dernière parce que différentes générations de modèles ont produit des projections cohérentes et parce que l'augmentation de vapeur d'eau atmosphérique dans cette partie du monde devrait se traduire par plus de précipitations, selon notre compréhension des processus physiques. Le degré de confiance plus faible pour la diminution estivale dans le Sud du Canada est parce que cette région se trouve à l'extrémité nord de la région des terres continentales intérieures de l'Amérique du Nord, où les précipitations sont projetées de diminuer, et à la transition vers une région où les précipitations sont projetées d'augmenter. Le modèle atmosphérique contrôlé par la circulation est incertain à cette extrémité et différents modèles ne s'entendent pas sur l'emplacement de la limite nord de ce modèle. Les plus importants impacts des changements climatiques sont souvent reliés aux changements dans les extrêmes climatiques. Il y a eu plus de journées extrêmement chaudes et moins de journées extrêmement froides - une tendance qui devrait continuer dans le futur. Des températures plus élevées dans le futur contribueront à une augmentation de la possibilité d'incendies (« conditions météorologiques propices aux incendies »). Les précipitations extrêmes sont également projetées d'augmenter dans le futur, même si le dossier d'observation n'a pas encore montré des données probantes de changements cohérents dans les précipitations extrêmes de courte durée dans tout le pays. On peut s'attendre à ce que le changement de la fréquence de la température et des précipitations extrêmes mène à un changement dans la probabilité d'événements comme les feux de forêt, les sécheresses et les inondations. Le domaine émergent « d'attribution des événements » offre une perspective sur la façon dont les changements climatiques peuvent avoir influé sur la probabilité d'événements comme les inondations au Sud de l'Alberta en 2013 ou les feux de forêt de Fort McMurray en 2016. Dans les deux cas, les émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine peuvent avoir augmenté le risque de tels événements extrêmes par rapport à leur risque dans un climat préindustriel.
Summary(Plain Language Summary, not published)
This chapter assesses observed and projected changes in temperature and precipitation for Canada, and it presents analyses of some recent extreme events and their causes.
GEOSCAN ID327812

 
Date modified: