GEOSCAN Search Results: Fastlink

GEOSCAN Menu


TitleÉchantillonnage des gaz de sol dans la région de St. Édouard, sud du Québec, Canada
DownloadDownloads
AuthorAznar, J C; Malo, M
SourceGeological Survey of Canada, Open File 7729, 2014, 69 pages, https://doi.org/10.4095/295539
Year2014
PublisherNatural Resources Canada
Documentopen file
Lang.French
Mediaon-line; digital
File formatpdf
ProvinceQuebec
NTS31I/08
AreaSt. Édouard
Lat/Long WENS-72.5000 -72.0000 46.5000 46.2500
Subjectsfossil fuels; hydrocarbons; hydrocarbon gases; hydrocarbon potential; carbon dioxide; methane; ethane; propane; butane; radon; soils; soil samples
Illustrationslocation maps; plots; photographs; histograms
Viewing
Location
 
Natural Resources Canada Library - Ottawa (Earth Sciences)
 
ProgramShale Gas - groundwater, Environmental Geoscience
Released2014 11 28
Abstract(available in French only)
Au cours de l'automne 2013, les concentrations en gaz majeurs (CO2, méthane, éthane, propane, butane) et les rapports isotopiques 13C/12C du CO2 ont été mesurés sur 247 sites. Un gaz rare (le radon (Rn)) a été échantillonné sur 155 sites. Les sites étaient disposés en transects, le long des routes. Ce dispositif a permis une approche exploratoire des patrons spatiaux de la concentration des gaz de sol dans la région de Saint-Édouard, dans la région de Lotbinière, au Québec. Les résultats obtenus révèlent que des valeurs anomaliques (au seuil du 95ème percentile) sont localisées dans des secteurs particuliers, ce qui exclut l'hypothèse d'une présence aléatoire des anomalies. Quantitativement, les concentrations en gaz majeurs restent faibles (< 1 ppm), excepté pour le CO2 et le méthane. Le méthane atteint même localement des taux très importants (concentration maximale supérieure à 31%) supérieurs au seuil d'inflammabilité. Les analyses de facteurs confondants révèlent que la distribution des anomalies ne peut pas être expliquée par les variabilités de texture des sols, d'occupation du sol, de température et d'humidité des sols, de la distance entre les sites d'échantillonnage et les routes ou par la période d'échantillonnage. Par conséquent, deux hypothèses peuvent être envisagées pour expliquer l'origine des gaz observés dans les sols : une origine superficielle, reliée aux formations géologiques situées près de la surface, et une origine profonde, reliée à la présence de failles et de fractures. L'observation visuelle des cartes de la présence des anomalies pour les différentes espèces de gaz semblent confirmer la seconde hypothèse. Les secteurs les plus anomaliques se retrouveraient à proximité de la faille de Yamaska et des écailles de chevauchement plus au sud. Les gaz rencontrés dans les sols auraient alors une origine profonde et seraient plus abondants à l'aplomb des discontinuités géologiques. Ce travail, largement exploratoire ne permet pas de trancher avec certitude cependant. Des résultats (données de gaz complémentaires, localisation des discontinuités avec des données sismiques de surface) et analyses complémentaires seront pour cela nécessaires.
Summary(Plain Language Summary, not published)
Around St. Edward, the concentrations of major gases (CO2, methane, ethane, propane, butane) were measured on 247 sites. Radon was sampled on 155 sites. The sites were arranged in transects along roads. The results show that anomalous values (at the 95th percentile) are localized in specific areas. Quantitatively, the major gas concentrations remain low (<1 ppm), except for CO2 and methane. Methane even locally reaches very high levels (maximum concentration greater than 31%). Data analysis revealed that the distribution of anomalies cannot be explained by the variability of soil texture, land use, temperature and soil moisture, the distance between sampling sites and routes or by the sampling period. Therefore, two hypotheses can be proposed to explain the origin of the gas found in soils: a superficial origin, related to geological formations near the surface and a deep source connected to the presence of faults and fractures.
GEOSCAN ID295539