GEOSCAN Search Results: Fastlink

GEOSCAN Menu


TitleApports des données de sismique réflexion à haute résolution dans l'estuaire du Saint-Laurent sur la géométrie et la tectonique récente de l'avant-pays appalachien
AuthorPinet, N; Duchesne, M; Lavoie, D; Long, B; Brouillette, P
SourceQuébec Exploration 2004 : résumés des conférences et des photoprésentations/Québec Exploration 2004: abstracts of oral presentations and posters; 2004 p. 37
Year2004
Alt SeriesEarth Sciences Sector, Contribution Series 2005181
PublisherMinistère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (Québec, QC, Canada)
MeetingQuébec Exploration 2004; Québec, QC; CA; November 22-25, 2004
Documentbook
Lang.French
Mediapaper
ProvinceEastern offshore region
Areaestuaire du fleuve Saint-Laurent; Escoumins; Pointe-des-Monts
Subjectssurficial geology/geomorphology; geophysics; structural geology; tectonics; marine geology; seismic reflection surveys; seismic surveys, marine; marine sediments; bedrock topography; structural features; channels; autochthons; folds; gas; faults; thermal regimes; escarpments; overburden thickness; Pleistocene; faults, normal; seismicity; tectonic history; isostasy; glacial tectonics; deformation; meteoric waters; sedimentation rates; faults, extension; Appalachian Orogen; Laurentian Channel; St. Lawrence Platform; Appalachian Ice-sheet; Laurentide Ice Sheet; néotectonique; figures d'échappements de gaz; cheminées de gaz; Phanerozoic; Cenozoic; Quaternary
Abstract(available in French only)
Un levé de sismique réflexion marine haute-résolution totalisant 1206 km a été effectué en 2003 dans l'estuaire du Saint-Laurent, entre les Escoumins en amont et Pointe-des-Monts en aval. Outre la cartographie des dépôts quaternaires sensu lato qui constituait le principal objectif de ce levé, les données sismiques ont permis d'imager le contact avec les roches protérozoïques et paléozoïques sous jacentes.
Au sud de 48º45'N, les différents domaines lithotectoniques possèdent, en sismique, une signature morphologique distincte. Dans l'estuaire, la bordure occidentale du prisme Appalachien qui est caractérisée par une morphologie accidentée (attribuable à la présence de formations résistantes à l'érosion) se situe au centre du chenal Laurentien et la largeur du domaine autochtone (plate-forme du Saint-Laurent) n'excède pas 10 km. Plus au nord, le domaine autochtone s'élargit et forme la majeure partie de l'estuaire. Des réflecteurs de pendage opposé confirment la présence de plis ouverts au sein des roches autochtones. Des figures d'échappement de gaz sont localisées à l'aplomb d'antiformes au sein des roches autochtones et, plus rarement, sont associées à des failles recoupant les dépôts quaternaires. Cette localisation très spécifique suggère une origine thermogénique pour le gaz.
Des failles majeures fortement pentées bordent le chenal Laurentien au sud de 48º45'N. Plus au nord, la hauteur des escarpements de faille diminue et l'orientation des structures est plus hypothétique. La corrélation entre la hauteur des escarpements de faille et l'épaisseur des dépôts quaternaires sensu lato qui excède 0,35 s temps-double (> 350 m) au sud suggère fortement l'existence de mouvement normaux durant le Pléistocène. Les mouvements apparents qui sont en contradiction à la fois avec l'activité sismique actuelle et avec les modèles tectoniques globaux depuis le Mésozoïque suggèrent un lien génétique avec les fluctuations des masses glaciaires du Quaternaire. Dans cette hypothèse, l'estuaire du Saint-Laurent constituerait un des rares cas où les contraintes associées à l'histoire glaciaire auraient influencé non seulement le taux de déformation mais aussi le régime tectonique. Le diachronisme dans le retrait des calottes glaciaires laurentienne et appalachienne, ainsi que le faible taux de friction des failles supracrustales héritées de la période de rifting (tel que suggéré par leur réactivation répétée au cours du Paléozoïque et du Mésozoïque), la présence de fluides météoritiques à des profondeurs sismogéniques et l'accumulation rapide de sédiments pourraient avoir favorisés des mouvements en extension dans un régime tectonique globalement compressif.
GEOSCAN ID220826